Nos engagements environnementaux

Mars. 2019

Aujourd’hui, les enjeux environnementaux sont plus que proéminents. C’est pourquoi, parmi ses engagements RSE, Phacil entreprend des solutions afin de limiter les impacts écologiques liés au domaine pharmaceutique.
  • Le premier engagement est celui de recycler les médicaments non utilisés et/ou périmés.

En 2015, le Cyclamed (organisme se chargeant de la récupération de ces médicaments) a récolté plus de 12 100 Tonnes de médicaments non utilisés. Ces derniers représentent 180g par an par habitant. Ces chiffres prouvent l’importante nécessité de recycler.

Grâce à cette nouvelle mesure, Phacil permet d’une part de limiter le gaspillage, et d’autre part d’éviter la contamination de l’environnement, puisqu’un principe actif jeté d’une façon ou d’une autre dans la nature pollue les eaux et les sols.  

Cet engagement consiste d’abord à recycler les emballages en matériaux recyclables.

Puis, les médicaments récoltés sont envoyés dans un incinérateur (il n’est plus possible depuis 2008 de les distribuer dans les pays défavorisés, représentant trop de risques). La production de cette usine est transformée en énergie, sous forme d’électricité, permettant d’alimenter les foyers en éclairage et chauffage.

  • Le second engagement environnemental de Phacil est celui de favoriser la création d’ordonnances numériques, entrant dans le projet de loi santé 2020. 

En France, un médecin utilise en moyenne 15 000 feuilles de papiers, dont la majeure partie sont des ordonnances. Évidemment, cela représente un certain coût (les Etats-Unis estiment une économie de 80 millions d’euros par an liée à la suppression de papier) et un impact écologique non négligeable, qui est pourtant facilement corrigible.  

En effet, pour créer une ordonnance numérique, il suffit que le médecin rédige l’ordonnance sur une plateforme, qui sera enregistrée sur le dossier numérique du patient. En plus de réduire la consommation de papier, ce dispositif permet également au patient de retrouver son ordonnance aisément plutôt que de chercher au milieu d’une pile de documents. Il peut également l’utiliser afin de commander des médicaments en ligne, très utile pour les personnes à mobilité réduite.

Cela facilite également le travail de pharmacien. Le médecin procure au client une preuve de prescription (imprimée) présentant un QRcode que le pharmacien devra scanner afin de visualiser l’ordonnance sur la plateforme. Ce système demande encore l’utilisation de papier, problème qu’il est prévu de corriger dans l’avenir afin d’arriver à une consommation égale à 0.

L’ordonnance numérique est donc prometteuse ; 53 % des patients et 42% des professionnels en sont convaincus.

Phacil s’engage donc à favoriser l’ordonnance numérique et à recycler les médicaments non utilisés pour réduire l’impact écologique que les ordonnances papiers et les déchets médicamenteux peuvent entraîner, tout en facilitant la vie des patients, des médecins et des pharmaciens. Ces concepts s’emboîtent parfaitement à l’une des convictions de notre start-up, qui est la nécessité de digitaliser le milieu pharmaceutique.

Partager cet article !